Nicolas Nabonne © 2018

  • Black Facebook Icon

« Un dernier baiser pour la route… »  (Exposition itinérante)

Ce projet d'exposition présente une série de peintures qui met en scène des dépouilles animales frappées par des voitures ou dont le milieu de vie a été perturbé par l’activité humaine. J’associe à chaque animal un objet issu de notre culture proposant ainsi un « choc » culturel moins violent. En
illustrant avec une touche d’humour la collision entre l’Homme et la bête sauvage, ce projet est une attention à l’égard des victimes. Je les découvre inertes au bord de la route, les remets en scène et leur restitue une dignité en les invitant à quitter l'asphalte vers de nouveaux espaces.

 

Un corpus de sculptures, accompagnent également les peintures. Leurs matérialités s’inspirent de matériaux transformés tels que l’asphalte le béton ou encore le plâtre. Quant à leurs formes et représentations, elles font allusion à des traces et des empreintes issues de matières organiques.
 

J’aborde la notion de territoire en m’intéressant aux traces et aux impacts liés à son appropriation. Je revisite la cohabitation des espèces humaines et non-humaines en soulignant la précarité de la vie. Cette thématique, récurrente dans mon travail, s’inscrit dans une démarche où l’idée même mde « nature » est examinée. J’observe nos rapports les plus intimes avec l’environnement et nous confronte au rapport que nous entretenons avec la nature, notamment la place que les Hommes s'octroient aux conséquences souvent désastreuses.
 

En effet, le morcellement des écosystèmes est l’une des principales causes d’extinction des espèces. Toutefois, l’obstacle qui sera toujours le plus difficile à franchir reste notre posture très « anthropocentrique ». Cette thématique sous-jacente à mon travail est possiblement la plus importante collision entre l’homme et la nature.

 

Je présente la série sous la forme d’une exposition itinérante, à l’image des animaux que je fais voyager post mortem.